Cet article est également disponible en:

L’éducation est le secteur le plus difficile à automatiser

image

L’automatisation perturbe les industries et le secteur de l’emploi; aujourd’hui, 45% des emplois pourraient être automatisés par la technologie actuelle. Cependant, cela pourrait ne pas être le cas pour le secteur de l’éducation.

En effet, un rapport de McKinsey & Co a souligné que de tous les secteurs analysés, en terme d’automatisation et sa faisabilité technique, l’éducation se trouve en dernière place.

Bien sûr, la technologie a déjà eu un impact global sur l’éducation en améliorant l’expérience d’apprentissage ainsi qu’en augmentant l’accès à l’éducation; les cours ouverts massifs en ligne (MOOC), les tuteurs de chatbot, et les plans de cours alimentés par l’IA sont quelques exemples de la transformation numérique dans l’éducation globale.

La question qui demeure est de savoir si les robots et l’intelligence artificielle remplaceront complètement les enseignants.

image

“A robot named Pepper holding an iPad” by Alex Knight on Unsplash

Tandis que certaines tâches liées à l’éducation peuvent être automatisées (des tâches administratives par exemple), l’enseignement même n’est pas ouvert à l’automatisation.

Une éducation efficace implique plus que simplement transférer des informations de l’enseignant à l’élève. L’éducation exige une partie d’interaction sociale et d’adaptation aux capacités et aux besoins d’apprentissage de chaque élève. Un bon enseignant est également empathique envers l’état d’esprit et les faiblesses de l’élève. Les compétences pédagogiques efficaces ont à voir avec la maximisation du potentiel humain.

De plus, les élèves s’attendent à plus que des cours donnés par les enseignants. Ils comptent sur l’enseignant pour être une source d’orientation de vie aussi bien qu’un mentor de carrière. Des interactions humaines profondes et significatives sont essentielles dans l’éducation et sont presque impossible à automatiser.

L’automatisation de l’enseignement est un exemple d’une tâche qui nécessiterait une intelligence artificielle générale. Ce type d’intelligence artificielle s’oppose à l’intelligence étroite ou spécifique et cela nécessiterait une IA capable de comprendre le langage humain naturel ainsi que les émotions. En d’autres termes, Tit devrait être capable de planifier, d’élaborer des stratégies et de prendre des décisions percutantes dans des circonstances imprévisibles. Ce type de machine serait capable de faire ce que n’importe quel humain peut faire, mais elle n’existe manifestement pas — du moins pas encore.

Peut-être existera-t’elle dans un futur proche.

Joséphine Misson

Joséphine Misson

Josephine est responsable marketing chez Wooclap. Passionnée l'EdTech elle est responsable bonheur dans son temps libre. Vous la trouverez souvent en train de remplir le ventre de ses collègues de délicieuses friandises.