Enseignement à distance

En savoir plus

Cet article est également disponible en:

Un « amphi sur mesure » pour aider les nouveaux étudiants à l'UTC

Une salle de classe « sur mesure » pour aider les nouveaux étudiants

Nouvelles matières, nouveaux modes de fonctionnement… L’entrée dans l’enseignement supérieur est loin d’être un long fleuve tranquille, même pour les bons élèves. Ecole d’ingénieurs postbac, l’Université de Technologie de Compiègne recrute principalement des bacheliers titulaires d’une mention très bien. Pourtant, certains d’entre eux rencontrent des difficultés en début d’année.

« Plusieurs facteurs se cumulent », analyse Etienne Arnoult, le directeur de la formation : « pour la plupart des élèves, c’est la première fois qu’ils n’habitent plus chez leurs parents et cette autonomie nouvelle n’est pas évidente à gérer. Par ailleurs, la manière d’enseigner est très différente dans le supérieur : l’essentiel, désormais, est de développer un raisonnement pour résoudre un problème, et non de parvenir à un résultat. Les lycéens ne sont pas habitués à cela.

Enfin, ils n’ont pas tous autant approfondi certaines notions ». Lors des premiers contrôles, les notes s’en ressentent et les élèves ingénieurs ont la désagréable surprise de voir leurs résultats dégringoler…

Partir de la demande des étudiants

Pour aider les étudiants à consolider rapidement leurs bases ou acquérir les connaissances dont ils ont besoin, l’UTC a mis en place, depuis quelques années, un dispositif baptisé « l’amphi sur mesure ». Le principe ? Les élèves sont invités à écrire à une adresse mail dédiée pour lister les sujets sur lesquels ils se sentent faibles et souhaiteraient recevoir du soutien.

« Quand il y a suffisamment de demandes sur une même thématique, ou qu’elles sont particulièrement argumentées, on crée un cours spécifique, qui répond aux attentes des étudiants », explique Etienne Arnoult. Car il ne s’agit ni d’un cours particulier, ni d’une séance de rattrapage organisée par un professeur qui « convoque » tel ou tel élève : ici, comme le dit le directeur de la formation de l’UTC, « c’est une poignée d’étudiants qui fait le programme ».

Le dispositif a également ceci de particulier que l’accent est mis sur la pratique, l’expérience et la démonstration plutôt que sur la formalisation. D’autre part, l’UTC fait intervenir un enseignant d’une discipline connexe, de manière à avoir une approche différente. Ainsi, à la place d’un cours classique sur les équations différentielles donné par un mathématicien, un chimiste parlera de la vitesse des réactions, tout en s’appuyant sur ce type d’équations.

« Faire le lien entre des notions théoriques et des exemples concrets peut faciliter la compréhension », observe Etienne Arnoult. « De plus, entendre quelqu’un d’autre expliquer une notion à sa façon peut déclencher un déclic. »

Responsabiliser les étudiants

Environ quatre « amphis sur mesure » sont organisés chaque année en début de semestre. Entre 30 et 80 étudiants, en général de première année, y assistent, soit 10 à 20 % de la promotion. Car le dispositif repose sur le volontariat : les élèves ne sont ni obligés d’envoyer leurs demandes à l’adresse mail, ni d’assister au cours – pas plus qu’ils ne sont tenus de faire acte de présence aux autres amphis ou TD d’ailleurs : à l’UTC, qui fonctionne sur des cours à la carte, le seul impératif est de participer aux évaluations.

Les amphis sur mesure, eux, ne débouchent sur aucune note : « on aurait fait fuir non seulement les étudiants, mais aussi les enseignants qui se seraient retrouvés avec des copies supplémentaires », sourit le directeur de la formation. « Plus sérieusement, l’enjeu est surtout que les étudiants se disent : “je vais m’améliorer”. »

En cela, le dispositif contribue à les responsabiliser, en plus de les aider à combler leurs lacunes. A défaut d’avoir des résultats quantitatifs, Etienne Arnoult relève les commentaires positifs dans les évaluations des cours par les étudiants et se dit « convaincu que l’amphi sur mesure va dans le sens d’une prise en main de leurs apprentissage ».

Wooclap

Wooclap

Rather than fighting smartphones, Wooclap turns them into an exceptional learning tool.