Cet article est également disponible en:

Guest Blogger : Brian White “Comment & Pourquoi j’utilise le Concept de la Pédagogie Inversée”

image

Brian White est professeur de biologie à l’Université du Massachusetts à Amherst.

Wooclap a eu le plaisir de collaborer avec Brian White, et d’obtenir son retour d’expérience avec la technique d’apprentissage mixte (Blended Learning) et les classes inversées en particulier (flipped classrooms).

La classe inversée, l’un des concepts les plus connus de l’apprentissage mixte, est une stratégie pédagogique qui inverse le processus d’apprentissage traditionnel. Alors que le contenu théorique est enseigné hors de la salle de classe, à travers des plateformes en ligne par exemple, les applications pratiques, qui faisaient auparavant partie des devoirs, sont traitées pendant les cours.

Comme beaucoup d’éducateurs changent maintenant leur façon d’enseigner, Wooclap s’est intéressé à la raison pour laquelle le Professeur White a choisi de le faire.

Comment utilisez-vous les classes inversées et pourquoi vous êtes-vous éloigné de la méthode traditionnelle d’enseignement?

J’utilise les MOOCs et le concept de classes inversées avec une grande classe de biologie depuis 2013. J’ai maintenant mis en place des salles de classes inversées pour des cours comme l’Introduction à la Biologie parce qu’elles contiennent environ 600 étudiants.

J’ai changé ma façon d’enseigner pour deux raisons, la première étant le manque de questions que les élèves avaient l’habitude de poser en classe. Je leur demandais s’ils avaient des questions à la fin de chaque cours, mais ils en posaient rarement. J’ai réalisé que c’était principalement parce que mes étudiants n’avaient aucune idée du genre de questions à poser ou de ce qu’ils étaient censés connaître à ce moment-là.

La deuxième motivation m’est venue alors que j’essayais de résoudre mon premier problème. J’ai commencé à poser plus de questions à mes étudiants concernant la nouvelle matière, et ce faisant, j’ai reçu plus de questions en retour et la participation à mes cours s’est améliorée. Cela m’a aussi permis de savoir quand je peux passer au chapitre suivant. J’ai progressivement augmenté le nombre de questions en classe, et cela est vite devenu une partie vitale de chaque cours.

Étant donné que mon temps pour enseigner la nouvelle matière et partager des informations supplémentaires est limité, j’ai décidé d’enseigner la partie théorique des cours en utilisant des MOOCs, de sorte que je puisse encore augmenter la participation en classe. Le partage d’information de base en ligne m’a donné le temps de poser et répondre à des questions dans la salle de classe, ainsi que d’aborder les problèmes des élèves à un niveau individuel.

Quels sont les défis auxquels les enseignants sont confrontés aujourd’hui?

Les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ne sont pas nouveaux, je crois. En tant qu’enseignant, vous voulez que vos élèves puissent utiliser ce qu’ils ont appris. Au lycée, par exemple, les cours sont basés sur la mémorisation, et cette connaissance doit être utilisée pour résoudre les problèmes dans la pratique.

Ironiquement, les élèves qui résolvent des problèmes (devoirs) créent des problèmes pour leurs enseignants, car la correction de toutes ces tâches nécessite énormément de temps. A MIT, mes cours comportaient de résoudre des problèmes hebdomadaires en plus des devoirs, que mes professeurs devaient revoir tout en préparant nos cours quotidiens. Bien sûr, ils avaient des assistants pour les aider dans leur travail, mais toutes les universités ne disposent pas de ces ressources.

La question que je me posais: «Comment les élèves peuvent-ils appliquer ce qu’ils ont appris, tout en optimisant notre temps et nos ressources?», M’a conduit à la classe inversée.

J’avais l’habitude de discuter de contenu théorique pendant mes cours, et mon assistant s’occupait des laboratoires, qui étaient des séances de pratique basées sur le contenu, traitant principalement des cas pratiques et de la résolution de problèmes. J’ai décidé de déplacer le contenu de mes cours en ligne et de me concentrer sur les laboratoires pendant mon temps avec mes étudiants, afin qu’ils puissent pratiquer aux côtés d’un expert, plutôt que d’un assistant. J’ai considéré que c’était une meilleure utilisation de leur temps et du mien, car cela leur permettait de regarder des vidéos du matériel à la maison et de poser des questions sur les exercices pratiques en classe.

Est-ce que vos collègues utilisent également le principe de la classe inversée?
C’est une question intéressante, parce que curieusement, les salles de classes inversées sont rares et l’apprentissage mixte semble un peu étrange aux yeux de nombreux collègues. Il y a des exceptions, bien sur. Les cours de littérature, par exemple, ont toujours utilisé des salles de classes inversées, parce que les étudiants doivent lire les livres à la maison et faire tous les exercices pratiques en classe. Donc, ce mouvement n’est pas nécessairement une révolution, mais pour une raison ou une autre, ce n’est pas quelque chose qui intéresse mes collègues. L’un d’entre eux a essayé à un moment donné, mais elle a repris une approche traditionnelle.

Avez-vous eu des discussions avec des collègues sur la nécessité d’innover l’enseignement des cours?
Mes collègues sont insatisfaits des vieilles méthodes d’enseignement et de la quantité d’interaction qu’ils ont avec leurs élèves, mais même s’ils s’intéressent aux nouvelles méthodes, ils ont peur de le faire. Passer à l’apprentissage mixte les décourage.
Pourquoi? Plusieurs raisons ont été données:

  • Placer le contenu complet de leurs cours en ligne est une tâche importante.
  • Créer des vidéos de leurs cours n’est pas une tâche facile non plus, et changer leurs habitudes de travail les met mal à l’aise.
  • Ils nécessitent également une formation pour apprendre à travailler avec Blackboard, etc.
  • Ils ont peur de cette “révolution”.
  • Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?

Est-ce que cette nouvelle méthode d’enseignement offre un feedback positif de vos élèves?

Les étudiants l’adorent, même si je n’ai pas vraiment analysé suffisamment les données pour mesurer l’amélioration. L’année où j’ai mis en place des classes inversées, j’ai donné aux élèves les mêmes examens que l’année précédente et j’ai obtenu des résultats similaires, mais j’ai le sentiment que ceux qui ont réussi étaient encore plus engagés qu’auparavant.

Au début, je ne pensais pas qu’une vidéo puisse remplacer mes cours en personne, mais j’avais tort. Les vidéos en ligne permettent aux élèves d’apprendre à leur propre rythme; ils peuvent faire une pause et recommencer. Cela signifie qu’ils ne sont pas contraints par le rythme d’apprentissage de certains camarades de classe. Grâce à leurs devoirs, ils ont accès à des retours instantanés, ce qui est une bonne mesure de leur progression, et qui constitue un réel bénéfice dont ils profitent.

Joséphine Misson

Joséphine Misson

Josephine est responsable marketing chez Wooclap. Passionnée l'EdTech elle est responsable bonheur dans son temps libre. Vous la trouverez souvent en train de remplir le ventre de ses collègues de délicieuses friandises.