Enseignement à distance

En savoir plus

Cet article est également disponible en:

A l’ère du numérique, les profs sont-ils toujours des profs ?

A l’ère du numérique, les profs sont-ils toujours des profs ?

« Monsieur (Madame), j’ai vu sur Internet que… ». Cette phrase, les enseignants sont nombreux à l’entendre.

Parfois, ils se font interpeller au beau milieu de leur cours car beaucoup d’étudiants prennent leurs notes sur ordinateur et c’est devenu un réflexe de taper une question dans un moteur de recherche au lieu de lever la main. Plus besoin d’attendre la réponse du prof : Google la donne en quelques clics.

Si l’information est le plus souvent complémentaire du cours, elle peut aussi être contradictoire et il n’est pas rare que l’enseignant doive s’interrompre pour débattre de l’origine de l’information : s’agit-il d’un site institutionnel ou personnel ? Quels types de personnes y contribuent ?

Développer l’esprit critique des étudiants et leur apprendre à vérifier les sources fait désormais partie des missions des enseignants, dans le supérieur comme au collège et au lycée.

Nouvelle posture

Plus largement, le prof n’étant plus le seul détenteur du savoir, il est amené à changer de posture : ce qui se joue avec le numérique, c’est une transformation, voire une remise en question, du rôle de l’enseignant : il n’est plus considéré comme celui qui transmet purement et simplement des connaissances (même si s’il ne s’est en réalité jamais cantonné à cela).

Désormais, l’enseignant s’apparente davantage à un chef d’orchestre, amené à expliquer les différentes activités et à guider les élèves dans leurs parcours individuels en les responsabilisant.

Certains parlent de coach, de facilitateur, d’accompagnateur… Autant de termes qui disent bien que l’encadrement est au cœur du métier.

Certains s’en inquiètent mais cette posture n’est en rien synonyme de rabaissement : l’enseignant conserve en effet une place centrale, dans la mesure où il aide l’étudiant à devenir autonome dans son apprentissage.

La pédagogie remise en avant

Ainsi, le numérique bouleverse la relation prof-élève. Mais contrairement à ce que l’on pouvait attendre, ce changement n’induit pas une dépersonnalisation de cette relation en focalisant l’attention sur la technologie.

En réalité, le numérique remet l’accent sur la pédagogie, y compris dans l’enseignement supérieur où elle était traditionnellement (et reste encore largement) délaissée au profit de la recherche.

Désormais, la réflexion tourne davantage autour des méthodes utilisées par les enseignants et même la recherche en pédagogie acquiert, peu à peu, ses lettres de noblesse.

Parallèlement, un nouveau métier a vu le jour, qui a pris de l’ampleur ces dix dernières années : celui d’ingénieur pédagogique.

Sa mission ? Accompagner les enseignants, faciliter leur développement professionnel en leur proposant des outils, numériques mais pas nécessairement.

Dans le cas des nouvelles technologies, l’aide est particulièrement appréciée car apprendre à les utiliser dans un cours peut se révéler très chronophage : même motivés, les enseignants les voient souvent comme une contrainte supplémentaire, à une époque où les tâches administratives prennent par ailleurs une place croissante.

Les ingénieurs pédagogiques interviennent comme un soutien et les services de pédagogie se développent dans les écoles et universités avec l’idée, de plus en plus répandue, que le numérique est un moyen, et non une fin en soi.

La même idée prévaut aujourd’hui dans la plupart des start-up de l’éducation, les EdTech, qui entendent elles aussi mettre le numérique au service de la pédagogie.

Car en matière d’apprentissage, les nouvelles technologies ne résolvent pas tous les problèmes et la dimension humaine, donc le prof, reste irremplaçable.

Wooclap est une plateforme en ligne qui augmente la participation en cours des étudiants à l’aide des smartphones. Inscrivez-vous gratuitement ici !

Wooclap

Wooclap

Rather than fighting smartphones, Wooclap turns them into an exceptional learning tool.