Éducation

Les conséquences de la pandémie à long terme

09.02.2021 • 8 minutes

Les conséquences de la pandémie à long terme

De l’impact immédiat aux implications à long terme : 4 articles pour explorer les effets de la pandémie sur l’expérience étudiante (Partie IV)

Malgré les nombreux événements survenus en 2020 (les incendies en Australie, vous les aviez oubliés ?), nous nous souviendrons tous de cette année pour l’événement qui a secoué le monde : le prince Harry et Meghan Markle ont quitté la famille royale d’Angleterre. Oh, et une pandémie mondiale a peut-être changé à jamais notre façon de travailler, d’étudier, de socialiser et de vivre notre vie en général, évidemment.

Dans les articles précédents de cette série, nous avions abordé les impacts à court terme de la pandémie sur l’expérience étudianteses implications sur le bien-être et la santé mentale, et vu comment ces sujets affecteront l’expérience étudiante post COVID-19. Ce quatrième article sera quant à lui dédié à l’analyse des conséquences possibles d’une crise de l’ampleur que nous connaissons aujourd’hui sur les futures carrières professionnelles des récents et futurs diplômés.

Une fois encore, permettez-moi de vous présenter Kate, diplômée de la London School of Economics, dont l’expérience étudiante pendant la pandémie a inspiré le récit de cette série. Kate est l’une des nombreuses diplômées qui ont rejoint le marché du travail ces derniers mois, et promotion a été confrontée à une question importante…

Être diplômé en pleine récession, quelles conséquences ?

Une récession signifie que l’économie se contracte. Elle implique généralement une diminution du nombre d’emplois, des entreprises moins rentables et donc des salaires plus bas pour les employés. Comme un plus grand nombre de personnes postulent à moins d’offres d’emploi, le marché du travail devient plus compétitif, et les diplômés peuvent avoir du mal à trouver un premier emploi ou un stage.

Comme l’indique le New York Times, « Historiquement, les étudiants qui obtiennent leur diplôme en période de récession se contentent d’emplois moins bien rémunérés dans des entreprises moins prestigieuses que ceux qui ont terminé leurs études un an plus tôt. Les économistes ont découvert que l’impact de cette malchance peut durer jusqu’à 10 ou 15 ans, entraînant des taux de chômage plus élevés et des salaires plus bas »

Examinons rapidement ces trois tendances.

1. Un marché de l’emploi plus compétitif

D’innombrables opportunités pour les étudiants et les futurs diplômés se sont évaporées lorsqu’il est devenu évident que la COVID-19 était là pour rester probablement indéfiniment. Dans une enquête, 13 % des étudiants ont déclaré avoir retardé l’obtention de leur diplôme, et 40 % ont déclaré avoir perdu un emploi, un stage ou une offre.

« Nous nous sentons comme la génération qui a obtenu son diplôme en 2008 », déclare Kate, qui envisage une carrière dans les relations internationales. Avec peu ou pas d’expérience professionnelle, sa promotion est entrée en compétition avec des chercheurs d’emploi qui font partie de la population active depuis des années, et qui ont développé des compétences et un savoir-faire qui les rendent plus attrayants pour les employeurs potentiels.

En mai 2020, l’économiste Gary Burtless a déclaré que cette crise est « bien pire que la Grande Récession. Sur l’ensemble de la Grande Récession, 8,5 à 9 millions d’emplois ont été perdus sur une période de 5 ans. Entre février et avril 2020, les États-Unis ont perdu 21,5 millions d’emplois salariés. Les diplômés de ce printemps vont devoir faire face au plus mauvais marché du travail de toute l’histoire de l’après-dépression. »

2. Des salaires plus bas

Selon le chroniqueur économique Jon Talton, si une récession peut affecter les individus différemment selon leurs compétences ou le domaine qu’ils ont choisi, « les diplômés qui entrent sur le marché du travail pendant une récession commencent avec un salaire plus bas et il leur faut beaucoup plus de temps pour rattraper - si jamais ils le font - ceux qui sont entrés pendant un cycle ascendant ».

Les étudiants, semble-t-il, sont conscients des obstacles qui se dressent devant eux. Dans l’enquête mentionnée plus haut, 29 % des étudiants ont déclaré qu’ils s’attendaient à gagner moins à 35 ans en raison de la pandémie. Et, malheureusement, ils ont probablement raison.

Lisa Kahn est une économiste qui a étudié les conséquences à long terme sur le marché du travail de l’obtention d’un diplôme en période de récession. Elle a découvert que « pour chaque point de pourcentage d’augmentation du taux de chômage, ceux qui ont obtenu leur diplôme pendant la récession du début des années 1980 gagnaient 6 à 8 % de moins pendant leur première année d’emploi que leurs homologues plus chanceux. L’effet a été durable ; même après 15 ans de scolarité, les diplômés de l’époque de la récession gagnaient 2,5 % de moins ».

3. Un taux de chômage plus élevé

En mars 2020, Khan a exprimé son inquiétude pour l’avenir financier de ceux qui étaient sur le point d’obtenir leur diplôme d’un établissement d’enseignement supérieur, mettant en garde contre les « graves conséquences à court terme » qui les hanteront probablement pendant la prochaine décennie.

Cependant, selon le National Bureau of Economic Research, l’emploi et les salaires subiront des effets “néfastes” de différentes manières : « Ceux qui sont confrontés à un taux de chômage élevé au début de leur carrière ont des salaires plus bas pendant leurs premières années sur le marché du travail, mais ces cicatrices s’estompent progressivement. Les effets de cicatrisation sur l’emploi, en revanche, sont permanents. Les cohortes qui sont confrontées à un taux de chômage élevé lorsqu’elles entrent sur le marché du travail ont des taux d’emploi plus faibles tout au long de leur carrière. »

Si, selon ces données, notre situation actuelle est comparable à celle de la Grande Récession, malheureusement, la nôtre s’accompagne d’une pandémie, ce qui change les choses (et pas pour le mieux.)

En quoi la récession de la COVID-19 est-elle différente ?

La diminution des inscriptions dans l’enseignement supérieur

Comme nous l’avons vu dans l’épisode, les inscriptions dans l’enseignement supérieur augmentent généralement en période de ralentissement économique. Lorsque les emplois sont rares, les gens prennent le temps de se former sur certaines compétences, en espérant que celles-ci leur donneront un avantage lorsque de nouvelles opportunités se présenteront.

Pourquoi, alors, les universités américaines connaissent-elles une baisse des inscriptions ? Eh bien, comme nous l’avons également vu dans cette série, les circonstances actuelles n’ont pas créé les conditions idéales pour les étudiants. En outre, des industries entières étant soit fermées soit en difficulté, de nombreux emplois d’étudiants typiques - dans le commerce de détail et l’industrie alimentaire, par exemple - ne sont tout simplement pas disponibles pour le moment, ce qui signifie que de nombreux étudiants n’ont tout simplement pas les moyens de retourner à l’école.

Moins d’alternatives

En raison des restrictions et de la limitation des déplacements à l’échelle mondiale, les alternatives les plus populaires aux premiers emplois, comme les voyages par exemple, ne sont plus une option. C’est notamment l’un des éléments qui a rendu la crise COVID-19 si difficile pour les jeunes diplômés habitués aux échanges linguistiques, stages à l’étranger, tours du monde en sac à dos ou autres voyages humanitaires.

Il est interdit de voyager au-delà des frontières, sauf en cas d’absolue nécessité, et prendre une année sabbatique aurait été une excellente idée si vous étiez autorisé à faire autre chose que des courses. Soyons réalistes : les diplômés sont à court d’options, ce qui nous amène à notre dernière question…

Quelles solutions ?

Pendant une crise, si possible, il est toujours bon de tirer les leçons du passé. Dans ce cas, de nombreux diplômés de 2008, l’année maudite, ont montré leur solidarité avec la jeune génération, et partagé ce qu’ils ont dû apprendre à la dure. Voici trois conseils qui ont trouvé un écho auprès de Kate :

  • Soyez flexible et ouvert d’esprit : Tout change, il est donc important de ne pas se focaliser sur les choses qui ne marchent pas. Soyez ouvert aux opportunités que vous n’avez peut-être pas prévues, car elles pourraient vous permettre d’acquérir de nouvelles compétences et de saisir des opportunités que vous n’auriez pas remarquées autrement.
  • Ne vous focalisez pas uniquement sur la recherche d’un emploi : essayez de passer un peu de temps à apprendre de nouvelles choses, ou à revoir ce que vous avez déjà appris. Consacrer tout votre temps à la recherche d’un emploi vous rendra fou, alors utilisez tout le temps libre dont vous disposez pour apprendre les compétences que vous voulez appliquer à l’avenir. Kate considère que c’est « un moment important pour choisir ce qu’il faut faire et apprendre ou développer des compétences pour lesquelles vous n’auriez peut-être pas eu le temps autrement », c’est pourquoi elle a commencé à prendre des cours de langue en parallèle de sa recherche de stage.
  • Ayez confiance : Kate insiste, « malgré les refus, il est important que les diplômés se souviennent qu’ils ont réalisé quelque chose d’important : ils ont obtenu leur diplôme. » Votre diplôme, vos compétences et vos connaissances numériques dans le caractéristiques de la Gen Z sont autant d’atouts qui vous permettront de surmonter cette période difficile.

Enfin, n’oubliez pas qu’il existe toujours des opportunités. Certains secteurs, comme les applications pour le travail à distance, le divertissement et l’apprentissage en ligne et à distance (EdTech), ont été florissants pendant la pandémie. Il se trouve que nous-mêmes, chez Wooclap, nous embauchons actuellement des personnes motivées, pour nous aider à redéfinir le futur de l’éducation !

L’économie étant ce qu’elle est, vous pouvez trouver du réconfort dans le fait de savoir que l’économie va se redresser, comme elle l’a fait après la Grande Récession. Et si vos prédécesseurs en sont la preuve, vous sortirez de cette crise avec une histoire de « résilience, d’ingéniosité et de profondes réserves intérieures face aux mauvais coups du sort ».

N’oubliez pas de nous suivre sur nos réseaux sociaux et de vous abonner à notre newsletter pour suivre nos articles !

Auteur(e)
Gauthier Lebbe, Content Editor @Wooclap
Gauthier Lebbe

Content Editor @Wooclap. Mon quotidien se compose d'écriture, d'apprentissage, et de jeux de mots. Sans les mâcher, j'ai toujours le dernier !

Partager

Recevez le meilleur de Wooclap

Un condensé de nos nouveautés produits et des derniers contenus publiés une fois par mois dans votre boite mail.

Nous utilisons des cookies pour améliorer l'expérience globale sur la plateforme Wooclap, fournir aux utilisateurs une assistance par chat et diffuser des publicités ciblées sur d'autres sites web.